Le temps des feuilles mortes !

image photo_lolo.jpg (0.2MB)
C?est le temps du recul, le temps de faire un pas de côté, le temps de prendre de la hauteur et aussi celui du repos. C?est le temps de me préparer à hiberner en silence... nécessaire !
Depuis longtemps je chemine, nous cheminons, l? UdN chemine sur la place et l?influence des fondateurs, de leur emprise volontaire ou involontaire, consciente ou inconsciente, impactante et parfois inhibante sur l?organisation. C?est l?un des sujets centraux de la gouvernance partagée.
Au travers d?un processus cadré, nous avons acté mon retrait et en avons défini les conditions, les contours et les règles. Je m?arrête donc au 01 janvier 2018 pour 8 mois,possiblement une année. Je participerai seulement au traditionnel  AdN++ du mois de juillet, à ma demande.
Pour moi, c?est 2 ans de travail pour accepter de lâcher, de faire confiance, de prendre ce risque un peu ultime ou l?absence de contrôle devient totale.
Pris entre le besoin que l? UdN avait de moi et mes peurs de perdre, une partie de mon identité, un rêve personnel, d?être mis sur la touche, d?être dépassé par d?autres, dans mes compétences, mon autorité légitimée, j?ai eu a regarder de près ma difficulté au détachement.
L?idée selon laquelle je ne suis pas mes rôles, et donc l?organisation, est un concept qu?il ma fallu visiter et revisiter souvent pour comprendre que la véritable façon pour moi d?y accéder était d?en faire l?expérience.
Pour l? UdN c?est 2 ans de préparation pour s?organiser, monter en compétence et m?accompagner doucement vers l?extérieur.
Et pour l?équipe, c?est à chacun - chacune d?en faire son propre témoignage.
Au delà du co-fondateur que je suis, je sais avoir eu une influence dont nous avons souvent parlé. Est ce un rôle ? Celui de source, ce rôle qui n?est jamais défini dans ces redevabilités et jamais inscrit dans la gouvernance. Je l?ai refusé, puis assumé ou encore sur-incarné peut être.
Aujourd?hui je souhaite en faire le deuil. Je le resterai probablement, dans l?histoire. Mais ce que j?ai été dans l?invisible, celui qui pèse davantage dans l?énergie et au delà des processus, à tort et à raison, j?aimerais qu?il disparaisse pour me donner à voir la véritable nature émancipée que l? UdN est en train de révéler. Est ce possible ? Je ne sais pas.
Cette jachère est donc un peu comme une fin pour moi. Celle d?une époque, d?une épopée, d?un espace particulier et d?une place singulière. Sans doute une belle opportunité pour l?Université du Nous.
Bonne fin d?année et à plus loin,
Laurent